Homélie

A la mémoire d’André Bonnin

Membre de l’Académie de Médecine

1937-2004

A notre ami regretté et notre partenaire visionnaire

Parti subitement, sur les mêmes pas que ton fidèle ami, Jean-Pierre Luton, sans que nous puissions te dire adieu, André, tu nous as laissé un vide cruel. Toi et Jean-Pierre, vous étiez de grands bâtisseurs, des travailleurs inlassables, que je pouvais toujours consulter à Cochin, à n’importe quelle heure et même à travers l’Atlantique. Ta voix résonne encore à mon oreille, vibrante et authentique, celle d’un frère, présent, disponible, entier, sensible, chaleureux, ouvert à l’autocritique, et profondément humain : Tu fus mon dernier mentor.

Je te croyais technocrate avant tout, probablement en raison de tes responsabilités du service de radiologie de Cochin, et de tes projets de télé-diagnostic lancés il y a plus de dix ans, mais ce fut le médecin à l’écoute de ses patients âgés, à qui Jean-Pierre Luton me confia. Ce fut alors la dimension humaine que tu apportas à la solution de télé-santé, et l’importance des bénévoles à l’ère du phénomène de la longévité.

Tu étais impatient de voire aboutir nos projets. Quelques fois je te sentais frustré de ces attentes et du temps trop disponible, toi qui avais eu tant de responsabilités. Je crois malheureusement savoir qui a sonné le glas, pour toi et pour Jean-Pierre : Une retraite obligée et sans transition. Pour des leaders et bâtisseurs que vous étiez, comment ne pas ressentir cette sentence comme l’amputation de votre réseau professionnel vital et fécond?

Le dernier message fut ton annonce joyeuse et encourageante de la part de l’Institut de la Longévité et du Vieillissement, pour notre partenariat avec Pr. Alain Franco, Vincent Rialle, et Vincent Hazebroucq, ton ancien élève. Pour nous, ce furent tes derniers mots en juillet 2004 : « Ça y est, nous l’avons, la reconnaissance de l’ILV! C’est une semence, mais c’est un bon départ! ». Cruel départ que de commencer sans toi, et lorsque je me rendrai au Père Lachaise, la gerbe de fleur dira : «Ça y est, nous avons réussi et nous te remercions, notre ami et notre mentor regretté! ».

Dr. Marie-Madeleine Bernard




TOP